Hausser.ch

Vendée Gobe 2004-2005 : Jean-Pierre Dick dans l’Atlantique dans la journée du 12 janvier.
Ellen McArthur dans la journée aussi & Charles Hedrich dans la nuit du 12 au 13 janvier

jeudi 13 janvier 2005.

Cette information a été créée le 11 janvier 2005 21h00TU environ

modifiée les 12, 13 jan 2005

Sur le logo : Temenos au près et au soleil le 9 janvier 2005.

Marc Thiercelin le 9 janvier 2005 a envoyé un long message aux organisateurs. Un extrait significatif de l’esprit de mer et de marins que je défend et que j’admire :

"Me voilà donc stoppé à l’opposé de chez nous, dans le sud de la Nouvelle-Zélande, véritable Jardin d’Eden au milieu de l’immensité océane, pays de moutons, sans guerre et sans attentat… un paradis très loin de la folie des hommes. Je me suis arrêté contraint et forcé, et c’est à priori encore le meilleur endroit possible après deux mois de grande chevauchée océanique, après un demi-tour du monde seul sur mon grand bateau noir et avant l’entrée dans le Pacifique… J’ai donc dû mettre mon bateau au mouillage, le voyage-compétition s’est arrêté, le voyageur que je suis a dû descendre… faire escale et demander de l’assistance, la nature a été plus forte que moi, plus forte que le bel oiseau noir…

Eh oui, plus forte que nous, il me faut l’accepter et c’est d’ailleurs le grand enseignement de ma vie de marin, toujours garder l’humilité devant Dame Nature !..."

Dominique Wavre comme 19 autres skippers ont pris la mer le 7 novembre à 13h02. Ils sont à ce jour encore 14 en course. Les 5 abandons le sont heureusement pour des raisons matérielles ; les marins sont certes dépités, mais en bonne santé. Il y en a quelques uns en course qui souffrent ou dont le bateau souffre. Il y en a qui le disent et d’autres qui annoncent que va toujours bien.

Une centaine de jours en mer, ils seront. Moins pour les premiers qui ont pulvérisé le record au passage du Cap Horn (56 jours 17h 13m, soit 5 jours de moins que lors de l’édition précédente). Le précédent record (93 jours) a de fortes chances d’être pulvérisé. Un peu plus pour plusieurs concurent-e-s. Quelle importance finalement... car c’est d’abord une grande aventure, ou mieux dit peut-être une incroyable aventure ...

Vendée Globe 2004-2005Connection au site officiel

Après 33 jours de mer, trois abandons. Après Hervé Laurent (UUDS) Alex Thomson (Hugo Boss), c’est Norbert Sedlacek (Brother) qui a fait part officiellement de son abandon le 9 décembre 2004. Les trois se sont arrêtés en Afique du sud. Roland Jourdain (Sill et Veolia) a officiellement annoncé son abandon le 20 décembre à 10h00 (en Tasmanie) ; après 39 jours, c’est le 4e bateau qui quitte la course.

Le 31 décembre 2004 à 10h00 environ Marc Thiercelin (Pro-Form) a signifié son abandon après un examen attentif de son mât (5e abandon).

Patrice Carpentier (VM Matériaux) est le 6e hors-course, il a amarré son bateau le 8 janvier à côté de celui de Marc.

La course se poursuit avec sa succession de dépressions et d’avaries. Les premiers sont dans l’Atlantique et ont quitté les grandes "joies" du Grand Sud.

Chaque groupe a son régime météo en plus des différences de bateaux et de préparation. Il devient difficile de parler d’une seule course. De plus en plus nous assistons à des courses dans la course.

Dominique Wavre (Temenos) (5e) remonte toujours vite dans le Nord. Il a quelque peu recollé au groupe de tête et n’a que 850 miles de retard sur le premier (Vincent Riou a repris la tête de la course depuis le 9 janvier). Ayant anticipé l’évolution de l’anticyclone urugayen, il est resté relativement collé à la côte sud-américaine et subit moins péniblement cet anticyclone que Sébastion Josse (VMI) qui se trouve à 130 miles devant lui. Cet anticyclone le sépare cependant des trois premiers qui eux sont un peu englués dans une zone de calme. Ce qui n’est pour déplaire à leurs 2 poursuivants.

Un extrait de son communiqué du 11 janvier, mais allez aussi le lire en entier http://www.dominiquewavre.com/dynew... :

"Humide et pas très très vite", pas besoin de décodeur pour comprendre que la situation n’inspire pas outre mesure Dominique. Le Pacifique laisse quelques regrets à ce skipper dont la fascination pour les mers du Sud semble grandir à chacun de ses tours du monde. Intarissable quand il s’agit de mers australes, le skipper parviendrait presque à nous faire oublier qu’il y a tout juste quelques jours de cela, il se débattait devant le Horn dans plus de 60 noeuds de vent.
"Cela faisait longtemps que je n’avais plus fait de près. Je retrouve sans plaisir, le bateau gîté à 25 degrés, qui tape sans discontinuer dans les vagues. C’est beaucoup plus sympa au portant même dans du vent fort. On sent que le bateau souffre. Il est plutôt conçu pour les grandes glissades dans le Sud que pour besogner comme ça contre la mer !
J’en regrette déjà le Pacifique, son côté dangereux, sauvage mais tellement fascinant. C’est le domaine des hautes vitesses et ça c’est fabuleux. Ici c’est plus l’ambiance "besogneux, gagne-petit"."

Ils seront ce mercredi 12 janvier 6 bateaux de retour dans l’Atlantique. Jean-Pierre Dick (Virbac-Paprec) passera sous le cap Horn dans la journée du 12 janvier.

En même temps ou presque que Ellen MacArthur (Castorama) qui sera ce mercredi de retour dans l’Atlantique possède plus de 4 jours d’avance sur le précédent record et pourrait donc nous en offrir un nouveau ... de record.

A 18h30TU le 11 janvier, le Cap Horn est à 235 milles dans l’Est de Castorama qui y parviendra demain dans la matinée. Une chose est sûre : plus de 30 nœuds de vent avec des rafales entre 45 et 50 nœuds… Une autre chose est moins certaine : son ETA : « Pour être honnête, je ne sais pas… Ce ne sera pas aussi tôt que prévu hier ! La nuit dernière ( lundi à mardi) a été plus calme que prévue. Aussi, je prévois un passage entre 6h00 et 12h00 GMT demain. »
(voir http://www.teamellen.com).

Ce matin sur le site de Ellen :
"CASTORAMA A PASSE LE CAP HORN ! 12 Jan 2005 - 09:01
Ellen MacArthur a passé le Cap Horn ce matin à 7h46 GMT, à 35 milles au large. Le duo Ellen/Castorama a franchi la marque avec 4 jours 2 heures et 45 minutes d’avance sur le temps de Françis Joyon en 44 jours 23 heures 36 minutes."

Charles Hedrich (Objectif trois) prévoit de passer le cap Horn dans la nuit du 12 au 13 janvier. Il a été dépassé aujourd’hui par Ellen.

Nick Moloney (Skandia) et Joe Seeten (Arcelor Dunkerke) devrait passer à côté du mythique rocher d’ici 48h au plus, ce qui en laissera encore 6 dans le Pacifique, auxquels il faut encore ajouter Marc Thiercelin et Patrice Carpentier qui repartiront samedi ou dimanche en solo pour terminer la boucle et rejoindre les Sables d’Olonne.

A l’arrière de la flotte, la course se poursuit également avec acharnement, mais ce n’est tout de même pas tout à fait la même ambiance et je persiste à penser que je me reconnais plus dans cette équipe que dans les autres, sans pour autant ne pas les apprécier (Je ferai peut-être un jour un commentaire sur les vacations radio avec Jean Le Cam).

La carte officielle de la course est mise à jour 4 fois par jour

Tememos et les autres après 65 jours et 6 heures

La route de retour pour 6 d'entre eux
La route de retour pour 6 d’entre eux
Karen Leibovici (Benefic) est sur le point de passer la ligne de changement de date
Bientôt le retour aux projections Mercator (si je ne me trompe pas dans la terminologie)
Objectif 3 (11.01.2005 à 21h00TU)
Objectif 3
(11.01.2005 à 21h00TU)
Sur les positions à 19h00TU des concurrents officiels.
voir sur le blog de Nam, le journal de Charles, transmis par Patricia son épouse.

Le site de la course du Conseil général de la Vendée

Les prévisions sur le site officiel

Météo France assistance Vendée Globe

La météo dans l’Antarctique

Le blog de Nam, une chronique autrement et hyper sympa du Vendée Globe


Le site de Dominique Wavre (Temenos)


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 152078

Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License