Hausser.ch

Une politique d’avenir pour garantir l’emploi, l’intégration sociale de tous et une économie dynamique

vendredi 15 janvier 2010 par Lydia Schneider Hausser

Le Parti Socialiste propose de répondre aux défis posés aux demandeurs d’emploi et à l’économie genevoise par un projet de loi basé sur la sécurité, la flexibilité et l’équilibre :

  • La sécurité en assurant un revenu pour les demandeurs d’emploi non-indemnisés supérieur à l’assistance.
  • La flexibilité du système d’insertion en adaptant les mesures pour les demandeurs d’emploi en fonction des besoins de l’économie.
  • L’équilibre en répondant aux besoins des demandeurs d’emploi et des entreprises pour une plus grande cohésion sociale, par une insertion professionnelle et sociale du plus grand nombre.

Force est de constater aujourd’hui que Genève a :

  • un des plus haut taux de chômage de Suisse ;
  • le nombre de demandeurs au revenu minimum cantonal d’aide sociale (RMCAS) ne cesse d’augmenter ;
  • le nombre de personnes à l’assistance augmente régulièrement.

La structure de l’emploi évolue rapidement. Les défis que les demandeurs d’emploi doivent relever sont de plus en plus exigeants, comme des réorientations professionnelles au cours de la vie en augmentation constante, une formation continue indispensable face à l’évolution des outils de production, notamment avec l’automatisation croissante et l’usage généralisé de l’informatique, une compétition permanente génératrice de stress, de mal-être, de désinsertion sociale, la multiplication des emplois précaires et des emplois déqualifiés Le risque de chômage est aujourd’hui une potentielle réalité pour la grande majorité des travailleurs.

Comment dès lors répondre à ces défis et offrir une mesure appropriée à la bonne personne au bon moment ?

La proposition des Socialistes apporte une réponse que vise à multiplier les passerelles entre les différents moyens accompagnant une personne en recherche d’emploi, renforçant ainsi les possibilités d’améliorer ses compétences entre deux emplois.

Concrètement, la proposition impose une évaluation précoce des besoins sociaux et professionnels d’un demandeur d’emploi. Sur la base de cette évaluation, s’il a droit aux prestations de chômage, elle en bénéficie, soit il n’y a pas droit, mais est apte à travailler, alors il a droit aux mesures d’activation professionnelles (MAP). Si des besoins sociaux ont été identifiés, il bénéficie d’un accompagnement social en cohérence avec les mesures d’insertion professionnelle.

Ce n’est que si une personne ne peut bénéficier de ces mesures et qu’elle remplit les critères, qu’elle a droit à l’aide sociale pour la durée nécessaire à sa réinsertion dans le monde du travail.

Depuis son entrée en fonction, le conseiller d’Etat en charge du département de la solidarité et de l’emploi revisite la politique sociale en général et la politique de l’emploi plus particulièrement qui, au lieu d’aider les personnes en recherche d’emploi, les marginalise. Il privatise l’aide sociale, comme le transfert total de l’accompagnement des chômeurs de longue durée par des entreprises privées, qui ne s’intéressent qu’aux cas rentables et sacrifient les situations compliquées.

En pratique, les demandeurs d’emploi s’inscrivent à l’Office cantonal de l’emploi avec des problèmes et en ressortent avec les mêmes en général aggravés, car aujourd’hui personne ne s’intéresse à régler des questions comme le surendettement, les problèmes de garde d’enfants, un divorce délicat.

On peut encore ajouter à cela que les demandeurs d’emploi n’ayant pas droit aux prestations de chômage ne sont tout simplement plus suivis ; le nombre de personnes au RMCAS ne cesse d’augmenter, tout comme les personnes à l’assistance et la proposition que le Conseil d’Etat a soumise au parlement vise simplement à supprimer le RMCAS et à pousser de plus en plus de gens à l’assistance.

Le Parti socialiste refuse de baisser les bras, refuse ce pessimisme, et vise un avenir qui redevienne plus acceptable pour tous et pour répondre à cette question de société essentielle à considérer le demandeur d’emploi comme un potentiel à valoriser et non comme une charge à exclure.

Voir en ligne : PL 10625 pour l’emploi

titre documents joints

Situations type du MAP

14 janvier 2010
info document : PDF
50.5 ko

Exemple de parcours possibles


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 672 / 145496

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site VOTEZ SOCIALISTE  Suivre la vie du site Lydia Schneider Hausser au Grand Conseil   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License