Hausser.ch

TESSIN : COUP DE FORCE INADMISSIBLE CONTRE UNE MINISTRE SOCIALISTE QUI DÉFEND LES BUDGETS SOCIAUX

samedi 18 octobre 2003.

Le PS condamne la mise à l’écart de la conseillère d’État Patrizia
Pesenti par les membres bourgeois du Conseil d’État du canton du Tessin.

Le Parti socialiste suisse condamne la décision injustifiable du
gouvernement tessinois mettant à l’écart Patrizia Pesenti, ministre
socialiste compétente, intègre et courageuse qui défend les budgets
sociaux. En lui retirant la conduite de directions importantes de son
département, la majorité bourgeoise du Conseil d’État tessinois montre qu’elle est prête à bafouer la démocratie pour faire passer par la force des réductions brutales de prestations vitales pour la population.

Loin au-delà des frontières de son canton et des clivages partisans,
Patrizia Pesenti est reconnue pour la politique exemplaire qu’elle a
progressivement mise en place dans le domaine de la santé et en faveur des familles. Aujourd’hui, le président du Conseil d’État du canton du Tessin reproche à la conseillère d’État socialiste d’entraver le travail gouvernemental. Quiconque connaît la probité et l’engagement de Patrizia Pesenti conviendra que cette critique est infondée.

En fait, la motivation de ce coup de force est politique. Patrizia
Pesenti ne peut pas soutenir les mesures d’économies que la majorité du Conseil d’État veut inscrire au budget 2004 du canton dans la formation et les affaires sociales. Elle sait ce dont elle parle : les effets de ces coupes sur l’existence de très nombreuses personnes seraient socialement intolérables et elle se doit de chercher d’autres voies.

Pour la droite, cette attitude politique est insupportable. Si Patrizia Pesenti ne plie pas, alors il faut la casser. Ce n’est plus un débat démocratique mais seulement une épreuve de force. Une manière de procéder que rien ne saurait justifier.

Le coup de force de la droite tessinoise a également une dimension
nationale. Il révèle l’alignement des partis de droite dans leur volonté de remettre fondamentalement en cause l’État social. Une politique de la famille qui aille réellement à la rencontre des besoins, une politique de santé publique qui ne discrimine personne en fonction de son revenu, une politique sociale qui combatte résolument la pauvreté, les partis bourgeois veulent bien en discourir, mais ils refusent de la mettre en pratique. On voit ce à quoi nous conduisent la 11e révision de l’AVS, le paquet fiscal et le programme d’économies, en attendant la révision de l’assurance-maladie et une nouvelle offensive contre les personnes
vivant avec un handicap.

Ce qui est nouveau dans le cas tessinois, c’est la brutalité affligeante de la méthode. Le peuple a élu Patrizia Pesenti au gouvernement, la droite lui retire ses compétences sur une base juridique fumeuse et au risque d’une crise politique fumante. Au Tessin comme sur le plan national, le PS ne se laissera pas impressionner par ces méthodes musclées.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 145409

Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License