Hausser.ch

Le Parti socialiste : une force de changement

dimanche 29 février 2004 par Dominique Hausser

Dans la Tribune de Genève du 23 février dernier, le président des radicaux, Monsieur François Longchamp, accuse le parti socialiste de véhiculer un discours conservateur et d’avoir un intérêt commun avec l’UDC à ce que rien ne change.

Cette affirmation est totalement saugrenue. Le PS est une force de transformation sociale, qui a joué un rôle majeur pour doter la Suisse d’une AVS performante. Il a obtenu (contre l’avis du parti radical) que tous les ménages puissent bénéficier de l’ADSL, contribué de manière décisive à une politique des transports novatrice basée sur le ferroutage, accéléré le dégraissage (encore largement insuffisant) de l’armée suisse, réclamé avec insistance des crédits supplémentaires pour la recherche et un soutien accru aux familles.

Le parti radical se borne quant à lui, depuis de nombreuses années, à attaquer les assurances sociales, à favoriser une redistribution des richesses … du bas vers le haut et à réclamer des allègements fiscaux pour les plus riches ! Le PRD est devenu une copie quasi conforme de l’UDC. A Genève, il n’est plus que l’ombre de lui-même ; le parti libéral s’affirmant déjà comme étant la section genevoise du parti radical suisse. Ce parti est sans imagination, qui n’émet aucune proposition concrète pour changer la Suisse, si ce n’est d’affirmer qu’il faut être audacieux. L’ère des Petitpierre, Segond et Tschopp paraît bien éloignée.

Quant aux Socialistes, ils ne cessent de réfléchir et de lancer des propositions pour sortir la Suisse du marasme. Le PS milite pour une politique économique anti-cyclique, qui relance l’économie par des investissements ciblés en temps de crise et qui veille à l’équilibre budgétaire en période de prospérité. Il s’engage pour une hausse des crédits en faveur de la recherche, la création d’un fonds de soutien à l’innovation et l’accès de tou-te-s les citoyen-ne-s à Internet. Le PS lutte pour une véritable égalité entre hommes et femmes, une augmentation du nombre de crèches et l’octroi de droits égaux aux personnes homosexuelles. Il s’engage également pour un fédéralisme renouvelé, qui favorise une collaboration accrue entre les cantons et autres collectivités publiques. Enfin, le PS réclame une adhésion rapide à l’Union européenne, car il est convaincu que l’ère du réduit national est définitivement révolue.

A Genève également, le parti socialiste joue un rôle pour promouvoir une meilleure cohésion sociale. Le PS a déposé différentes propositions pour un engagement urgent des pouvoirs publics contre le chômage dans le secteur bancaire, pour un régime de compensation en matière d’aménagement du territoire, pour une meilleure intégration scolaire des élèves handicapé-e-s, pour le recrutement de permis C dans la police, ou encore pour créer des emplois pour toutes et tous. Des entreprises à haute valeur ajoutée sont certes bénéfiques pour le canton, mais pour diminuer le chômage, il faut aussi pouvoir offrir des postes de travail de toute nature correctement rémunérés.

Rejeter le projet de budget 2004 ou se vanter d’avoir diminué les impôts comme le font les libéraux-radicaux n’apportera pas de solution pour notre canton et notre pays. Par la simple augmentation de la population, il est indispensable d’ouvrir de nouvelles classes. Par exemple, en septembre 2004, il faudra accueillir quelques centaines de nouveaux élèves au CO Montbrillant, mais sans moyen financier pour engager de nouveaux enseignants, c’est impossible et il faudrait dès lors répartir les élèves dans les classes actuelles, laissant ainsi un demi bâtiment inutilisé et augmentant le nombre d’élèves par classe de quelques unités. C’est dans ce contexte difficile que la droite préfère parler de traversée de la rade plutôt que d’assurer la réalisation de logements dont les loyers soient supportables par la majorité de la population. Alors qu’ils clament sans cesse la nécessité de construire, la droite s’opposent aux projets de densification proposés par Laurent Moutinot et inscrits dans le plan directeur de l’aménagement quand ceux-ci sont situés dans des communes déjà privilégiées comme Cologny ou Chêne-Bougeries !

Le parti socialiste se base sur des propositions concrètes, qu’il s’efforce de promouvoir à tous les échelons de la vie publique. Les socialistes assument leurs responsabilités même si la situation reste frustrante pour faire avancer des dossiers trop souvent balayés par une droite arrogante et qu’il soit constamment nécessaire de contrer les décisions de la majorité de droite parlementaire et gouvernementale. Son programme ne se résume pas à des slogans vides contre L’État, les impôts, voire les étrangers. Le parti socialiste est le seul parti gouvernemental qui, en Suisse et à Genève, s’engage concrètement et avec enthousiasme pour transformer la Suisse afin qu’elle reste une Suisse ouverte sur l’avenir et sur le monde et où il fasse bon vivre.

Dominique Hausser,

Président des Socialistes genevois,

Genève le 29 février 2004.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1280 / 145501

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site VOTEZ SOCIALISTE   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License