Hausser.ch
Connect Africa

Activités 2005 et perspectives 2006

Rapport
mardi 17 janvier 2006 par Dominique Hausser

Ce rapport est structuré comme suit :

Affaires internationales
Rapport concernant
les activités 2005 et les perspectives 2006 pour l’Observatoire technologique de la République et canton de Genève

 Introduction et résumé de la situation

La première phase du Sommet mondial de la société de l’information (SMSI) s’est déroulée à Genève en 2003 [1].

La République et canton de Genève a été impliquée très concrètement dans la préparation de ce sommet offrant en particulier toute l’infrastruture informatique permettant d’assurer les prestations allant de l’internet café aux contrôles d’accès.

De même dans ce contexte, la République et canton de Genève a eu l’occasion de nouer des liens avec des représentants de pays participants et d’organisations onusiennes, internationales, gouvernementales et non gouvernementales en discutant de diverses possibilités concrètes de collaboration.

A ce jour, un de ces échanges a abouti à la signature d’un protocole d’accord entre la république et canton de Genève et la CNUCED. Ce protocole d’accord a été signé par les parties en juin 2004 à Sao Paulo. Cet accord couvre un programme d’assistance technique visant au renforcement des compétences de projets e-société dans les pays les moins avancés.

Concrètement il a été décidé que le canton de Genève s’engage, par l’intervention d’un collaborateur de l’Observatoire technologique, à développer une méthodologie réaliste et réalisable tenant compte des contexte et visant modestement à participer à la réduction de la fracture numérique. Pour ce faire, il a été envisagé de tester l’approche dans 3 pays les moins avancés du continent africain par la mise en application de cette méthodologie prenant en compte en particulier les caractéristiques du référentiel e-société plaçant le citoyen au centre et permettant la mise en place d’outils utiles pour l’utilisation des systèmes d’information nécessaires au bon fonctionnement d’une administration. Le projet a pris le nom de « Connect Africa »

Ce projet, suite à une rencontre le 6 juillet 2005 avec Monsieur Walter Fust, directeur, a obtenu son approbation à cause en particulier de l’approche pragmatique développée et mise en oeuvre au Lesotho. Il a proposé d’offrir un appui logistique de la DDC dans la mesure où des projets se mettaient en place dans des pays prioritaires pour la Suisse.

En 2005 un premier projet a été réalisé au Lesotho [2]. Il a permis de montrer la faisabilité de la méthode proposée visant à passer d’une stratégie à l’action malgré un contexte difficile en s’appuyant sur la mise à disposition de quelques 200 PCs et d’une formation à l’usage des logiciels libres et standards ouverts pour la configuration des serveurs et postes de travail. La formation a été effectuée à Maseru et a touché 16 informaticiens travaillant soit dans les ministères, soit dans les structures de formation supérieure. Ceux-ci formeront une cinquantaine d’utilisateurs responsables du bon fonctionnement des réseaux locaux. Et ces réseaux locaux seront en principe utilisé par des centaines d’utilisateurs.

En 2006, un deuxième projet est en phase de concrétisation et de réalisation au Mali ; la première mission exploratoire a lieu du 28 janvier 2006 au 12 février 2006 à Bamako. Cette opération bénéficie d’un appui logistique de terrain de la DDC par l’intermédiaire du BUCO Mali dirigé par Jean-Luc Virchaux. Le contexte précis sera défini lors de cette mission, mais devra s’inscrire dans le cadre des priorités définies par les autorités maliennes et soutenues par la DDC, soit vraisemblablement dans une activité permettant la développement de l’autonomie des régions.

Un troisième projet est en gestation et devrait se dérouler en Tanzanie pour autant que la demande formelle soit effectuée selon la procédure définie conjointement par la CNUCED et le canton de Genève. Il pourrait se dérouler dans le contexte du renforcement des activités et responsabilités déléguées aux régions par le gouvernement central.

L’expérience acquise dans le cadre de cet accord avec la CNUCED sera consignée dans un document distribué largement par les canaux habituels de la CNUCED. Ces études de cas devront permettre à d’autres entités de mettre en place des procédures permettant le transfert de connaissance, la concrétisation de stratégies et d’objectifs quelque soient les contraintes en particulier financières telles que fréquemment rencontrées dans les pays les moins avancés, mais également dans nos contrées ou dans les pays émergeants.

De même, cette expérience servira à l’administration genevoise dans la perspective de la mise en place de solutions basées sur les standards ouverts et les logiciels libres. Afin de favoriser la réflexion et la recherche de pistes pertientes un laboratoire virtuel sous la dénomination « Atelier SOLL » est en phase de démarrage.

 Le projet PC au Lesotho (2005)

Les résumés des mission, l’ensemble des rapports de mission décrivant le projet et l’ensemble des documents mis à disposition sont disponibles sur la page du projet

Les objectifs de ce projet ont été consignés dans un document validé par les autorités du Lesotho et du canton de Genève. Une rencontre formelle entre la Présidente du Conseil d’Etat de la République et canton de Genève, Madame Martine Brunschwig Graf, et le Ministre de la Communication, des Sciences et Technologies du Royaume du Lesotho, l’Honorable Motsoahae Thomas Thabane, a eu lieu le 26 mai 2005 au Salon Jaune de l’Hotel de Ville à Genève.

Les objectifs retenus pour ce projet sont les suivants :

  1. Elaboration d’activités concrètes permettant de passer de la stratégie à l’action.
  2. Mise en place d’une division technique qui sera en charge de l’informatique de l’administration du Lesotho.
  3. Formation des techniciens de la division technique au monde des logiciels libres et des standards ouverts.
  4. Dons de 200 PCs et d’équipements informatiques divers permettant la réalisation des objectifs ci-dessus.

Si les objectifs 1, 3 et 4 ont été réalisés selon le calendrier, le deuxième objectif n’a pu à ce jour être concrétisé pour des raisons indépendantes du projet. Il est actuellement envisagé une brève extension du projet pour en permettre la réalisation4. Cette extension n’aura cependant lieu que si un certain nombre de prérequis sont remplis. Cette extension reste dans les limites budgétaires définie dans le plan de projet.

Ce projet a bénéficié de la coopération efficace de la Haute école de gestion de Genève (l’équipe du Professeur Enrico Viganò, en particulier Messieurs Yanik Ruchat, Jean-Jacques Buregeya et Samuel Carrupt), de l’Université de Jaén en Espagne (par l’intermédiaire de l’équipe du Professeur Arturo Montejo Ráez), de l’association Réalise et finalement du CERN (par l’intermédiaire de Monsieur Silvano de Genarro, également président de l’association Informaticiens sans frontières). C’est la compagnie de transport ORDEM qui a assuré le transport de l’équipement informatique de Genève à Maseru.

En résumé, les objectifs de ce « PC project in Lesotho » ont globalement été rempli à satisfaction des partenaires (Lesotho et Genève). Ce premier projet montre que la faisabilité dans un contexte particulièrement difficile de transformer une idée en action. L’utilisation de standards ouverts et de logiciels libres (ou plus largement l’utilisation de solutions open sources) semble pouvoir répondre aux besoins des utilisateurs.

 Perspectives 2006

Le projet PC au Mali

Deux rencontres préliminaires ont eu lieu en automne 2005, la première réunissant Monsieur Jean-Marie Leclerc et le Ministre de la communication et des nouvelles technologies de l’information du Mali, Monsieur Gaoussou Drabo, la deuxième réunissant Messieurs Jean-Marie Leclerc, Hamdi Mongi de la CNUCED, le chargé de mission pour la promotion des technologies de l’information au Mali, Monsieur Mamadou Iam Diallo et le représentant du Mali auprès des organisations internationales, Monsieur Kasse. Ces deux rencontres ont permis d’élaborer le contour général du projet de collaboration entre la République du Mali et le canton de Genève.

Dans le but de définir le périmètre précis, réaliste et pragmatique du projet de collaboration. une première mission, exploratoire, composée de messieurs Hamdi Mongi de la CNUCED, Jean-Marie Leclerc et Dominique Hausser aura lieu d’ici entre le 28 janvier et le 1er février 2006 ; Dominique Hausser poursuivra la mission jusqu’au 12 février 2006. Cette mission permettra de rencontrer les diverses instances concernées par le projet de collaboration et surtout de préciser le périmètre du projet de manière à ce qu’il puisse se réaliser dans les 6 mois.

Bien que le projet de collaboration aie une structure similaire au projet développé avec le Lesotho, la cible, elle, pourra être différente, tout en maintenant l’idée de viser des utilisateurs finaux, qu’ils appartiennent par exemple à l’administration régionale ou locale, à l’enseignement ou encore aux services de santé et de soins, dans le cadre des priorités retenues par les autorités maliennes de développer et renforcer l’autonomie locale. Il devra avoir un point d’ancrage formel au sein du gouvernement du Mali et s’inscrire dans le plan stratégique des autorités maliennes pour le développement des TIC. Il devra clairement avoir une composante technologique innovante comme l’usage des standards ouverts et des logiciels libres.

La réalisation du projet défini devra être achevée au plus tard à fin 2006, ce qui implique un périmètre de projet réaliste dans cet espace-temps.

L’appui logistique confirmé du bureau du Mali de la DDC sera des plus utiles pour l’ensemble du projet ­ de sa conception à sa finalisation.

Les résultats du projet pilote devrait offrir aux autorités maliennes une base pragmatique pour l’élaboration d’un déploiement dans l’ensemble du pays qui ne s’inscrit pas dans le projet « Connect Africa ».

Une mission complémentaire au Lesotho

Les autorités du Royaume du Lesotho par l’intermédiaire du Premier Ministre et du Ministre de la Communication, des Sciences et Technologies ont exprimés leur statisfaction au Secrétaire général de la CNUCED concernant le projet mené en 2005.

Les autorités basotho ont formulé une demande à la CNUCED, qui nous l’a retransmise d’appui complémentaire de l’Observatoire technologique et en particulier de celui du Dr Dominique Hausser pour la mise en place de leur division technique.

Le "concept paper" du 19 mai 2005 accepté par tant par les autorités du Lesotho que par celles du canton de Genève précise qu’un des objectifs essentiels est la mise sur pied de cette division technique. Il est apparu au cours du projet que diverses raisons indépendantes du projet lui-même avaient retardé sa mise en place.

Bien qu’en principe et selon les accords passé le projet PC au Lesotho a été mené à bien et que le canton de Genève a complètement rempli sa mission, il semble possible d’entrer en matière sur cette demande pour autant que les prérequis énumérés ci-dessous de manière synthétique soient réalisés :

  1. Pour assurer la clôture du projet, il importe que les participants à la formation fasse parvenir la fiche d’évaluation de la formation et l’inventaire complet des équipements reçus incluant leur destination définitive y compris des photos des divers lieux d’implentation.
  2. La désignation de la personne responsable de la division technique, la mise à disposition de personnel technique initial, d’un budget de fonctionnement et d’investissement et d’un espace de travail.
  3. La rédaction d’un document préliminaire définissant de manière plus détaillée que dans le "policy paper" les missions et le périmètre d’action de la division technique.

La préparation du projet dans un troisième contexte africain

Conformément à l’accord passé avec la CNUCED, un troisième projet doit être mis sur pied. Une proposition de collaboration avec un pays partenaire prioritaire de la Suisse, est en cours d’examen. Sans pour autant bénéficier à ce jour de demande formelle, un document visant au développement de l’administration d’une région de ce pays nous a été soumis. Sur la base de ce document, le projet qui pourrait se développer est du plus haut intérêt dans le cadre de « Connect Africa », mais apporterait certainement une expérience des plus intéressantes pour le développment des systèmes d’information et la mise en place de solutions basées sur les standards ouverts et les logiciels libres dans les administrations publiques.

Le développement de l’atelier « Connect Africa »

Il a été proposé de développer un atelier SOLL coordonné par l’Observatoire technologique permettant à l’administration genevoise de développer des projets exploratoires en vue de répondre aux nombreuses questions souvent génériques soulevées par l’introduction, la mise en place ou la prise en considération systématique des standards ouverts et des logiciels libres5.
Un volet de cet atelier est prévu pour affiner les solutions qui pourraient être proposées aux différents partenaires du projet « Connect Africa » dans un premier temps et dans un deuxième temps ou même simultanément à l’ensemble de la communauté.

Les synergies entre le local et l’international sont évidentes dans la mesure où les fonctionalités nécessaires au bon fonctionnement d’une administration transcendent les frontières. Il est enthousiasmant et réjouissant de voir qu’un modeste projet comme « Connect Africa » puisse également avoir des répercussions positives et relativement directes sur le fonctionnement de l’administration genevoise.

Dans le contexte « Connect Africa », il s’agira en particulier de tester quelques pistes permettant de répondre aux besoins exprimés, ce qui permettra ainsi de poursuivre la première expérience menée au Lesotho en améliorant les prestations fournies par l’Observatoire technologique en terme d’innovation dans le cadre des projets stratégiques des pays avec lesquels nous serons amenés à travailler.

Cela permettra entre autre :
- d’améliorer la configuration des postes de travail, des serveurs, du réseau local,.des interactions avec l’environnement général rencontré (comme par exemple, des passerelles avec des serveurs qui utiliseraient d’autres environnements),
- de lister dans le monde du standard ouvert et du logiciel libre, les diverses solutions envisageables permettant la mise en place d’outils et d’applications métiers souhaitées par nos partenaires africains.
- ...

 Perspectives à moyen terme

La réalisation d’un document de synthèse de « Connect Africa »

Afin de faire partager au plus grand nombre les expériences menées dans le cadre de cet accord avec la CNUCED, un document présentant les études de cas menée dans les 3 pays partenaires, ainsi que des pistes concrètes pour permettre la mise en oeuvre de stratégies dans des contextes difficiles sera réalisé et diffusé avec l’appui de la CNUCED et nous l’espérons de la DDC.

Le partage des connaissances

Sur la base de l’expérience acquise dans le cadre du projet « Connect Africa », une réflexion sera menée pour déterminer la forme à donner aux activités de collaborations internationales. L’axe de réflexion portera sur les potentialités à développer pour favoriser le partage des connaissances.

Ce développement devra s’inscrire continuer à s’inscrire dans la politique générale de collaborations internationales définies par le canton de Genève. Pour préparer développer cette activité une réunion est envisagée au cours du premier trimestre 2006 avec le Conseiller d’Etat en charge du Département des Institutions, Monsieur Laurent Moutinot, qui chapeaute les domaines des relations et de la solidarité internationales, ceci dans le but d’assurer l’adéquation des activités de l’Observatoire technologique avec la vision de la République et canton de Genève définie dans ce domaine.

 Références

- Protocole d’accord entre l’Observatoire technologique du Centre des technologies de l’information, République et canton de Genève et la Conférence des Nations Unies pour le Commerce et Développement, Sao Paulo, Juin 2004.
- Hausser D. Plan de projet PC au Lesotho, Observatoire technologique, Genève, 11 mars 2005.
- Hausser D. Mission in Lesotho report, Technological Observatory, Geneva, 14 March 2005.
- Hausser D. Mission in Lesotho report, Technological Observatory, 30 June 2005
- Hausser D. Mission in Lesotho report, Technological Observatory, Geneva, 31 October 2005.
- Ministry of Communications, Science and Technology, Lesotho Information and Communications Technology Policy April 2005 ; http://www.lesotho.gov.ls.
- Ministry of Communications, Science and Technology, Lesotho Information and Communications Technology Policy Implementation Plan ; draft, May 2005.
- Montejo Ráez A. Diary blog ; October 2005
- Montejo Ráez A, Carrupt S, Buregeya JJ, Documentation & useful applications, October 2005 (available on request)
- Plan de projet pour la mise en place d’un atelier SOLL par l’Observatoire technologique, décembre 2005

[1La deuxième phase s’est déroulée à Tunis en novembre 2005.Voir http://www.itu.int/wsis/

[2Voir ci-après la description résumée et les références aux rapports de mission détaillés


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1206 / 145482

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Connect Africa   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License