Hausser.ch

1940, et si la France avait continué la guerre...

dimanche 18 juillet 2010.

Vous l’aurez compris, il s’agit d’une fiction. Malheureusement… Les spécialistes appellent cela une uchronie, un genre littéraire qui repose sur une réécriture de l’histoire à partir d’un « point de divergence ». Un genre historique, aussi, même s’il est peu fréquenté en France. Les Britanniques en sont les maîtres sous le nom d’histoire « contre-factuelle » ou « alternative ». Outre-Manche, des universitaires très sérieux se posent des questions comme : que serait-il passé si l’Invincible Armada espagnole l’avait emporté contre la flotte anglaise ? Si Napoléon avait triomphé à Waterloo ? Si les colonies d’Amérique n’étaient pas devenues indépendantes ? Si les Allemands avaient gagné la Première Guerre mondiale ? « What if ? », se demandent-ils. Il ne s’agit pas de romans, au sens où seule l’imagination serait à l’œuvre, mais d’études extrêmement sérieuses sur les scénarios possibles. Évidemment, plus on s’éloigne du « point de divergence », plus la fiction règne.

Depuis plusieurs années, une équipe française se confronte au tournant de mai-juin 1940. Elle nous livre aujourd’hui la première partie de ces travaux sous la forme d’un ouvrage : 1940. Et si la France avait continué la guerre…, chez Tallandier [1]. Un jeu intellectuel ? Pas seulement. « Nous voulions répondre à l’idéologie dominante sur 1940. Car, ainsi que le dit l’historien américain Robert Paxton, Vichy a finalement gagné la bataille de la mémoire - en parvenant à convaincre nos contemporains que la IIIe République ne pouvait qu’aboutir à la déroute. Nous pensons qu’un autre futur était possible », assure Jacques Sapir, l’un des promoteurs de ce projet.

« Nos premiers scénarios ont d’ailleurs été testés sur les ordinateurs du centre de simulation des armées, avec l’aide de jeunes officiers », confie Jacques Sapir.

Le projet date de 2004 et il est, à l’origine, le fruit de la collaboration de deux équipes (française et australienne) qui se sont constituées sur des forums internet spécialisés. Le scénario s’élabore progressivement sur le Web, Dans la version numérique, les textes sont légèrement différents, avec notamment la présence de personnages de fiction que l’on ne retrouve pas dans le livre. Surtout, le projet est beaucoup plus avancé dans le temps, puisque les auteurs en sont déjà au mois de novembre 1942, alors que l’ouvrage s’arrête brutalement le 31 décembre 1940.

Le site web ci-dessous héberge la traduction française de la Fantasque Time Line (FTL). Comme vous l’aurez compris, il s’agit ici d’une fiction, plus précisément d’une uchronie (histoire alternative). Le terme anglais est FFO (France Fights On - La France continue la guerre). Par opposition, notre réalité historique est appelée OTL (Original Time Line).


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 145482

Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License